PNL: A chacun sa part de ghetto (ou pourquoi rap autotuné nihiliste enterre old-school bisounours)

 

blank blog

Pas de futur wAllah
Dans les poches c’est le passé
Sur le présent un cadenas
Tant que y a pas assez

Je vois très bien d’où ça commence
Je sais pas où tout ça va se finir

On baise tout avant de partir
Ma bite dans la tirelire

Deux heures que j’planne devant mon clavier, Igo, j’essaie d’écrire un papier bien senti sur PNL, qui tourne en boucle sur itunes… mais blanche reste la page, chuis paralysé, misère intellectuelle, hypnotisé par la lumière bleue, page reste blanche.

Pourtant, il faudrait redonner une couleur un peu street à ce blog… Le hip hop après tout est un élément déterminant de mon cahier des charges… Mais page désespérément vide, rien qui sort, « Puisqu’on est voués à l’enfer, l’ascenseur est en panne au paradis. »… j’allume Read more…

Dystopies globalistes: Bertrand Russell, H.G. Wells et les Socialistes Fabiens

blank blog

Donc on a vu dans le dernier post que l’eugénisme, ancêtre du transhumanisme, est un concept forgé par des intellectuels et scientifiques globalistes tels que Bertrand Russel, Julian Huxley ou H.G. Wells, issus d’une classe élitiste anglaise, qui n’ont cessé de promouvoir l’idée d' »amélioration de la race » par l’Etat.

« […] on doit supposer que pour chaque génération, 25 pour-cent des femmes et 5 pour-cent des hommes seront sélectionnés pour être les parents de la prochaine génération , et le reste de la population sera stérilisé […] » Bertrand Russel, The scientific outlook, 1931. Outre l’eugénisme Read more…

Le Transhumanisme, ou l’Eugénisme rebaptisé et absout (par Julian Huxley, dès 1951)

Après Hitler, et les exterminations de masse, le concept d’eugénisme était complètement discrédité…  Pourtant, il avait fait consensus depuis le 19ème siècle parmi l’intelligentsia occidentale et les élites modernistes, qui toutes se préoccupaient, sans complexe, de l' »amélioration de la race » (sens commun qui suit l’étymologie eu -genos, bonne race, bonne naissance) grâce à la biologie.

Il fallait bien un Julian Huxley, fondateur et premier secrétaire de l’UNESCO, frère du grand écrivain et futurologue Aldous Huxley, pour rattraper le coup et renommer l’eugénisme plus favorablement, sous le nom de « transhumanisme ». Ce sera fait dans un livre au titre programmatique « New bottles for new wine » (De nouvelles bouteilles pour un nouveau vin) où il évoque pour la première fois par écrit le terme de remplacement possible pour l’eugénisme: Read more…

L’art conspirationniste… tentative de Conspiracy Studies (biennale de Venise 2017, épisode 3)

 

Multidimensional Entities Cut Up Their Avatars Before Evacuation from Planet Earth.

Multidimensional Entities Cut Up Their Avatars Before Evacuation from Planet Earth. Multiples entités tronçonnant leurs avatars avant l’évacuation de la planète terre, 2017, Miķelis Fišers, gravure sur bois peint, 21 x 29,5 cm.

Deux des oeuvres qui m’ont le plus frappé dans cette biennale de Venise 2017 sont bien classables dans ce qu’on appellera la culture conspirationniste, celle de Grisha Bruskin pour la Russie et celle de Miķelis Fišers pour la Lettonie.

para_artnouv_simple2

La sous-culture conspirationniste est une des composantes de l’éventail des sous-cultures dans la société post-moderne.

para_clédesol

Cette culture populaire est recyclée par l’art contemporain, qui -si souvent- Read more…

La multiplication des christs en putréfaction, par Roberto Cuoghi (Biennale de Venise 2017, épisode 2)

Le choc est rare, et l’art contemporain le recherche désespérément. Comment choquer encore, dans un monde complètement désacralisé? Le choc est un critères esthétique qui s’est affirmé dans la société du spectacle, suite à l’effacement de la valeur beauté, et particulièrement à la suite de l’acte iconoclaste de Marcel Duchamps Read more…

Biennale de Venise 2017: Sectes, contre-culture et art contemporain

Certes l’art contemporain est nul. Ca ne m’empêche pas de m’en repaître, comme il y a quelques jours à la Biennale de Venise 2017, qui clôt ses portes aujourd’hui… Je suis un pervers. Mais je suis un pervers conscient, à l’inverse de la majorité Read more…

La déesse schizo de la com

muse de la com_Fotor.jpg

La com, c’est le blob qui dévore le monde. Agressive, sûre d’elle et versatile. Subrepticement, elle s’insinue dans le monde, en reconfigure la subjectivité collective, le dévore. C’est une femme… une belle fille qui se détache sur la croix suisse, sur une invitation qui ressemble à un billet de banque suisse… Un christ, un messie contemporain, dont il convient d’étudier attentivement le discours Read more…