Peut-on soigner le Solipsisme? (de la philosophie à la psychopathologie)

peinture-realiste-2117413

L’hypothèse solipsisme est à la mode: Hypothèse selon laquelle nous serions seul à ressentir ce que nous ressentons, comme dans un rêve…

Est-on seul dans sa pauvre tête? Le monde est-il une illusion? Notre propre personne existe-t-elle? Sommes nous seulement une hoquet de l’univers? Cette étincelle de conscience sécrétée par la matière, par hasard, presque par erreur? Une étincelle pornographique qui donnerait à la boue l’occasion de se palper?

para_LouisXVI

Cette situation peu enviable et déprimante est bel et bien celle que nous offre le matérialisme ambiant et sa vision du monde, sa métaphysique, sa cosmologie, sans parler des suppléments qu’il nous propose dans le transhumanisme et dont nous ne parlerons pas en détail ici, bien qu’il soit entendu que ce supplément ontologique/eschatologique n’est qu’un approfondissement de l’erreur matérialiste, ainsi qu’on en a déjà parlé, entre autres ici, ici ou ici.

 

 

L’homme (post)moderne est confronté au vide de la métaphysique matérialiste tel que décrit ci-dessus. Sa tâche psycho-existentielle consiste peut-être donc à reconstruire un univers qui fait sens pour lui. C’est ce que proposait de faire une foule de gens qui se préoccupaient de cet état existentiel et épistémique: Husserl et les phénoménologues, tout comme dans un autre registre, des savants de tout bord inspirés par Nietzsche, comme René Guenon ou notre psychiatre national (helvète) C. G Jung Mircea Eliade, et mille autres.

Cette tâche de reconstruction, maintes fois proposée sous maintes formes, est paradoxale (impossible bien que nécessaire) et donc inquiétante… on y décèle facilement une impulsion « réactionnaire » (revenir en arrière, reculer… modérer le progrès).

La reconstruction du sens serait presque la tâche inverse de celle du scientifique/philosophe du XVIIème siècle comme Descartes ou Galilée. Car la pensée logico-mathématique qu’ils ont produite a aussi suscité cette forme d’oppression claustrophobie (solipsisme ou étincelle pornographique) qui se soigne aujourd’hui dans les cabinets des psys, ou dans les stage de développement personnel, dont une fonction est d’aider les occidentaux à retrouver un rapport plus simple, plus direct avec le monde (moins dédié par le calcul psychologique).

J’ai évoqué dans les derniers posts de façon crue et burlesque cette psychologie pathologique de l’occidental qui se croit détaché du monde et enfermé dans sa subjectivité, et comment cette forme de rapport au monde ressemble à celui des premières sectes chrétiennes apocalyptiques.

Voici en gros le raisonnement logique qui est proposé (de façon sous-jacente) pour fonder individualisme et égoïsme psychologique à partir de prémisses (et dans un cadre) solipsistes, dans notre société actuelle:

Si la réalité matérielle est la réalité ultime, médiée par nos sensations, qui nous permettent de l’appréhender, alors notre but doit être de rendre ces sensations les plus agréables possibles. Et dans ce cadre, toute action altruiste et généreuse est en dernière instance une action égoïste.

Ironie du destin de la philosophie que de finir en psychopathologie…

actu-15032017id865

Je crois que c’est Descartes qui a fondé la tendance solipsiste occidentale moderne. Heidegger prétend que c’est à cause de lui que nous sommes dans la merde. Descartes aurait entériné l’exil de l’homme occidental dans sa conscience coupée du monde. L’étincelle pornographique. (ici, un petit résumé très ramassé  par A. De Libera des attaques de Heidegger contre Descartes)

para_clochefleur

C’est ainsi que ces dernières années je me suis tourné les la phénoménologie comme pour trouver un antidote à cette pensée réductionniste psychopathologique, dont je retrouve les attendus dans toutes les formes de pensées proposées par la philosophie analytique américaine, que j’étudie presque malgré moi à l’heure actuelle par un curieux hasard. Mais pour compenser, maintenant que je suis en vacances, je prends un bain de phénoménologie en étudiant Husserl, Les Recherches Logiques et ses Idées pour une phénoménologie. Sans encore y comprendre grand chose j’y vois la promesse de pouvoir déclarer « j’ai une âme » sans le moindre doute, et ce sans le secours de nulle thèse métaphysique.

Medicine-logo-A91ABED029-seeklogo.com

 

Abîmes et microphysique de l’oubli

112500_2

 

 

J’avais ouvert une série presque infinie d’onglets à partir des réseaux sociaux dont le dernier me fit soudain penser à ce que je devais faire. Enfin. Alors, revenu à moi-même et ma tâche, possédé par le devoir ressuscité, je fermai les sources de diffraction continue de mon attention: Twitter et Facebook. 

Et j’ouvris un autre onglet pour aller…. Où déjà? 

Alors, je constatai que l’énergie et la concentration nécessaire pour prendre la décision de fermer les robinets de distraction m’avaient fait oublier la chose même que j’avais à faire.

para_artnouv3

Illustration: toile de Gerhard Richter

La fin du monde a-t-elle une vertu stabilisatrice au niveau macro?

Quoi de plus beau, quoi de meilleur que la fin du monde? Quel plus grande honneur que de finir avec l’univers? L’idée fantasmatique de la fin généralisée parvient enfin à réconcilier les tendances contradictoires du narcissisme individuel et du besoin d’appartenance collective. C’est peut-être même une sorte de drogue qu’on nous inflige, et qui nous rend euphoriques et efficaces. Ou alors stressés et étourdis.

Tous les évènements se bousculent à tous les niveaux, dans tous les systèmes saturés par l’entropie. Mais le système peut-il s’effondrer? Vivons nous une certaine forme d’apocalypse? Je croyais que non, il a quelque temps. Comme la plupart des spécialistes médiatiques dont je ne suis pas. Car l’idée de l’apocalypse a paradoxalement des vertus stabilisatrices.  Donc je pensais que nous étions dans un système fantasmatiquement apocalyptique mais hyperstable, et pour cette raison même. Read more…

1968-2018 : Macron, le dernier des simulacres

16380077.png

Macron, songeur, contemple un pavé. Dessin de Pep Montserrat, pour l’Obs.

Il est heureux de constater que la France sait toujours donner de grands spectacles historiques. Macron n’avait pas jugé utile de fêter l’anniversaire des 50 ans de mai 68, mais l’Histoire s’en sera chargée à sa place. J’imagine direct une petite analyse que vous ne trouverez sans doute pas dans Libé (quoique): 50 ans après, on a une révolution qui est l’exact inverse de celle de 68, pour en liquider Read more…

La théorie des jeux, matrice du néolibéralisme

 

 

Toujours en matière de description de la situation (sociale, culturelle, économique, géopolitique, psychologique, métaphysique, etc.) tellement bizarre dans laquelle nous sommes, voici, après le siècle du moi, un autre documentaire Read more…

Macron, que tu es beau quand tu t’effondres!

 

5bfa830c488c7b80758b4567.jpg

 

Macron, tu fais plaisir, tu t’effondres! La com ne pouvait pas fonctionner ainsi. Pourquoi? Parce que ç’aurait été trop moche pour la France, pour le monde, pour l’humanité. Trop moche que la com eut aussi complètement triomphé sur le vivant. Trop moche que tu puisses imposer l’effroyable imposture que tu représentes sans réponse violente de la réalité. Les gilets jaunes, c’est la vie même.

Il n’a pas été toujours facile de se dire Français. Et enfin, aujourd’hui oui, complètement, nous pouvons être fiers d’être français (sauf toi!, ha ha)! Et le monde voit ta déconfiture, grâce au peuple qui dit non, qui se constitue! Et c’est le monde qui tremble maintenant. Car la France n’a peut-être pas dit son dernier mot en matière d’histoire. Elle peut peut-être donner le ton et bouleverser Read more…

La préoccupation pharmacologique

160px-Caduceus.svg.png

Préoccupation pharmacologique: de quoi dois-je me nourrir? Ici, nous touchons un problème crucial de la philosophie, certes, mais de l’humanité au XXIéme siècle. Quelle nourriture faire rentrer en moi: mets, drogues (pharmakon), images, sons, attitudes, idées, concepts (dans tous les cas, pharmakon…)? Dans le monde actuel, il faut savoir pratiquer la gestion de l’intoxication, car l’intoxication est inévitable. Mais il faut en limiter les dégâts. Savoir jouer contre, et, qui sait, guérir?

bouc_emissaire_scapegoat_arrows-300x288.jpg